Il vous a fallu attendre un peu, mais voici enfin la suite des aventures!

Après notre petit safari photos du matin sur Durango & Silverton. Nous rejoignons l'autre partie du groupe avec une bonne demi-heure de retard!

C'est le départ tant attendu vers Chama. Dès la sortie de Durango nous longeons une ancienne plateforme du D&RGW que nous ne quittons plus jusqu'à Chama. Le paysage devient plus sec et moins escarpé. La route déroule devant nous son ruban d'asphalte comme dans un "road movie". La musique Country est toujours branchée dans la voiture. Nous quittons bientôt la route principale pour aller admirer le lieu dit de "Chimney Rock" en pleine réserve des indiens Navajo. Nous en profitons pour pique niquer.

Numériser 4

"Chimney Rock". Nous sommes dans la réserve des indiens Navajo. Le paysage a bien changé depuis notre départ de Silverton. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

La suite du voyage nous fait passer près du lac de "Pagosa Springs" d'où l'on aperçoit au loin les montagne rocheuses. Les couleurs sont idylliques. Mais le Nouveau Mexique approche. Le paysage se fait maintenant plus désertique et les routes plus droites.

Numériser

"Pagosa Springs" et son lac à la couleur presque irréel. Au fond on aperçoit les montagnes rocheuses. (Septembre 1998. Cliché A.D.)

Nous arrivons à Chama en milieu d'après-midi. Nous prenons juste le temps de déposer nos bagages au Motel et nous repartons pour la "mecque" de l'amateur des voies étroites du Rio Grande: la gare de Chama!

Numériser 1

A peine sommes nous arrivés sur le parking de la gare que les grandes manoeuvres ont commencé! On se croirait revenu au milieu des années 50. (Septembre 1998. Cliché B.D.)

 Numériser 9 

La gare de Chama est restée "dans son jus" des grandes années du D&RGW. Tous les éléments typique d'un chemin de fer à voie étroite américain sont présents. Ici on peut le tobogan à charbon qui est toujours en service. Non loin, on apeçoit le petit bâtiment de la sablerie et au fond le chateau d'eau. (Septembre 1998. Cliché B.D.)

Numériser 6

La Mikado K37 n°497 nous offre tout au long de l'après midi un spectacle inoubliable et le tout dans une robe de travail qui intéressera le modéliste qui aime la patine! Ici, pas de locomotives rutilantes ce qui ajoute un plus à l'ambiance. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

Ces moments sont devenus inoubliables pour les amateurs de vapeur et de voie étroite que nous sommes. Jugez plutôt. Trois locomotives ( deux K36  et une K27) en chauffe dans leur jus digne des années "highlight" manoeuvrent des wagons de marchandises sur l'ensemble de l'installation. Elle sont bientôt rejointes par une quatrième machine (K36) qui rentre de son service régulier avec le train touristique. 

Numériser 8

Tout juste arrivé en provenance d'Antonito, le train tracté par la locomotive K36 n°484. Celui-ci va rapidement dégager l'évitement afin que le train de marchandise qui doit être mis en service pour le lendemain soit formé. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

Ici, pas de restriction, tout est visitable et c'est même vivement conseillé! Cela change du Durango! Un petit dépliant est disponible à la gare. Il explique tous les édifices du dépôt et leur situation. 

Numériser 5

Garée en cours de préparation devant le dépôt une autre K36 se fait bichonné. Le soleil plombe même sous les arbres. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

Numériser 7

Un impressionnant système de pistolet à graisse pneumatique est mis en route. Celui-ci est branché directement sur l'un des réservoirs d'air de la machine. Vous remarquerez la taille de tous les éléments pour une locomotive à voie de 914mm. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

Nous restons là pendant deux ou trois heures à contempler photographié et filmé tout cela.

Numériser 2

La première partie du marchandise pour le lendemain est en cours de formation. On voit ici en queue deux wagons d'accompagnement ( caboose) pour le personnel du train. ( Septembre 1998. Cliché A.D.)

Numériser 3

La n°497 effectue un nombre incalculable d'aller et retour en gare pour mettre en place la rame. ( Septembre 1998. Cliché A.D.)

Mais, il est bientôt l'heure de diner. C'est dans un restaurant Mexicain situé non loin de la gare que nous nous installons. Il y a beaucoup de monde. Du coup, on nous invite à nous mettre dans une salle de bal attenante. Il nous faut traverser les cuisines du restaurant pour cela! La serveuse d'origine Porto-Ricaine prend notre commande en notant nos prénoms. Mais finalement, la distribution des plats n'est pas vraiment celle souhaitée! A la fin du repas, nous rentrons bien sagement à notre hotel bien que l'on est été tous invités à boire une verre dans un autre bar par notre charmante serveuse qui voulait nous présenter une copine!

Numériser 4

Dans un coin du grill du dépôt la K27 n°463 monte tout doucement en pression. ( Septembre 1998. Cliché B.D.)

Il nous faut être au top pour le lendemain. Une douzaine d'heure de train spécial nous attend.

To be continued....