Dans cette deuxième partie nous allons parler des diverses animations qui ont été installées sur cette maquette. Pour la petite anecdote, avec mon père nous voulions que rien ne « transpire » de notre futur projet. Nous avons donc tout fait pour que rien ne filtre. Ils nous arrivaient de cacher le module si jamais un ami modéliste non dans la confidence venait nous rendre visite!

L’animation « phare » est sans conteste la pelle mécanique que l’on utilise pour charger le train. Le modèle d'origine est un kit statique en métal blanc commercialisé par l’artisan britannique Duncan Models. Dès sa sortie, nous avons « flashé » sur celui-ci. Rapidement nous en avons fait l’acquisition pour étudier de près la possibilité de le motoriser. Le seul endroit où il est possible de disposer les moteurs adéquats, pour rendre tous les mouvements de la flèche fonctionnels, se trouve dans la cabine. Nous optons pour une série de deux moteurs Mabushi équipés chacun d’un réducteur Branchlines. Un mécanisme issu d’un lecteur de CD (celui de l’avancement de la lentille de lecture) est utilisé pour l’ouverture du godet de la pelle. Le seul moteur disposé sous la table est celui utilisé pour la rotation. De nombreux essais à blanc ont été effectués avant la mise en place définitive sur le plateau du module. Il a fallu aussi étudier de près le type de fils à utiliser pour représenter les câbles. Finalement, c’est du fil de pêche en Kevlar qui nous donne toute satisfaction.

Numériser

Voici une petite partie de la mécanique située à l'intérieur de la machine. Tout rentre mais au chausse pied! 

 

Numériser 1

L'engin est prêt. Les premiers essais de rotation et de mouvement de la flêche vont pouvoir avoir lieu. Cela va nous permettre de trouver le positionnement définitif du modèle sur le module.

Une autre petite animation est venue compléter la scène. Il s’agit d’un ouvrier qui pioche. La partie motorisation est issue d’un moteur obtenu chez Conrad Electronic. Un système de biellettes a été conçu afin que le mouvement soit plus lent à la remontée qu’à la descente de la pioche ( comme pour un étaux limeurs). L'ouvrier est animé avec une tige de laiton qui traverse le décor.

Numériser 3

Voici le fameux système de biellettes qui permet au mouvement d'être plus lent à la remonté qu'à la descente.

Numériser 4

La figurine utilisée est issue de la gamme britannique "Phoenix". Pour animer le personnage nous avons percé celui-ci et ajouté une tige de laiton qui est entraînée par la mécanique présentée ci-dessus.

La dernière animation n’était pas prévue à l’origine. Il s’agit d’un personnage actionnant le levier d’aiguillage. Rien de bien compliqué pour cela. Le personnage est juste entrainé par le levier lors des changements de direction.

Numériser 2

L'aiguilleur est encore un personnage de la gamme Phoenix. Le levier d'aiguillage est une création intégrale en laiton d'après photo et étide sur place d'un levier du Talyllyn Railway. Le personnage est équipé d'un petit morceau de fil de laiton que le levier entraine lorsqu'il est actionné par le moteur Fulgurex qui est sous le plateau.

Le module a ensuite été complété par un système qui permet d'alimenter en permanence ou presque le tas de ballast en attente de chargement.Un système de trappe cachée dans le décor par un rocher qui bascule permet d'ouvrir une trémie d'alimentation. Mais ce système est difficile à maintenir en état de marche car les petit cailloux ont tendances à se faufiler partout!

A très bientôt pour la partie décor!