Lorsque l’on est amateur de train et de chemin de fer à voie étroite, il y a souvent des destinations incontournables où l’on aime retourner de temps à autre. Pour votre serviteur, le chemin de fer forestier d’Abreshviller fait partit de celles-ci. C’est donc avec joie, que quelques jours après la victoire de notre équipe de France de football en Coupe du Monde, je prends la route en direction du sud de la Moselle. Je décide de voyager sans passer par l’autoroute mais de tout faire par les petites routes départementales et nationales histoire de bien profiter du paysage. Par ce beau temps, le spectacle est sympathique et j’ai même l’amusement de doubler une caravane Hollandaise décorée aux couleurs de l’équipe des Pays Bas sur laquelle on a écrit en Français : «Nous sommes fiers de voyager au pays des Champions du monde! »

Numériser

Engin emblématique de ce chemin de fer le locotracteur COFERNA ( Constructions Ferroviaires et Naval de l'Ouest aux Sables d'Olonne) n°27517 de 1953. Celui-ci est arrivé en kit sur le réseau arrivé et a été monté par l’atelier de l’O.N.F. Il a circulé jusqu’en 1966. Révisé par l’Association du Chemin de Fer Forestier d’Abreschviller, en 1968 pour l’ouverture de l’exploitation touristique, le moteur Willème d’origine a été remplacé en 1976 par un moteur Perkins neuf et équipé d'une boite Hydraulique VOITH. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Le paysage n’est pas monotone et j’en profite pour faire un petit détour par des noms de petites villes ou villages qui devraient interpeler les amateurs de chemins de fer secondaires et de voies étroites. A savoir Lunéville et ensuite Avricourt, Blamont et Cirey sur Vezouze. J’arrive en fin d’après-midi et je prends mes quartiers au fameux Hotel des Cicognes, siège social du chemin de fer forestier d’Abreshviller.

Le lendemain dès 9h je suis à pieds d’œuvre au dépôt du réseau. La 030 + tender Jung HF110 est en cours de préparation. Je salue l’équipe qui est en place et demande si je peux faire des photos. Cela permet généralement d’entamer la conversation! Vu que je suis là pour 3 jours autant se faire connaitre!

Numériser 2

Il est aux alentours de 9h du matin. La machine à vapeur 030+T HF110 est en attente de sa mise en chauffe par l'équipe du jour sous un soleil radieux.         ( Juillet 1998. Cliché B.D.) 

Numériser 14

Tracté par le locotracteur Deutz OMZ 117 "Miquette" un convoi de "tapes culs" chargé de bois arrive au dépôt. ( juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 1

Prête au départ vers le terminus de "Grand Soldat" la 030+T Jung attend son heure. Cette machine type Heeresfeldbahn HF 110 fut construite par JUNG et HENSCHEL pour l’armée allemande sur front de Russie. Elle est à écartement variable allant de 60 à 76cm. Après la guerre elle circule en Autriche sur la ligne PREDING-WIESELSDORF-STAINZ pour la traction de wagons à voie normale, sur trucks porteurs à voie de 76. Elle est acquise avec un tender de la série d’origine en 1970 par l'ACFA. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

 Le premier train étant en début d’après-midi. J’ai tout mon temps pour organiser mon safari photo et vidéo. Après avoir flâné un bon moment dans les emprises de la gare, je prends le temps de faire un aller et retour en voiture jusqu’au terminus de « Grand Soldat » afin de repérer les lieux où je pourrai me poster. L’endroit étant bien agréable et calme j’en profite pour pique-niquer et faire une ballade à pied dans la forêt en essayant d'imaginer un convoi chargé de grumes sur l'ancienne plateforme.

Numériser 4

Peu après son départ de la gare d'Abreshviller, le convoi rejoint la route de Basse-Frentz. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 3

Nous voici maintenant au passage à niveau de Lettenbach au km 1,4. Le train traverse la route menant à St Quirin. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Pendant ce séjour, je choisi d’alterner entre la photo et la vidéo. Cette sympathique ligne à voie de 70 est une source inépuisable d’inspiration pour le photographe et le modéliste.

Numériser 5

Peu après le défilé du Rommelstein, le convoi prend son élan pour gravir la fameuse courte mais forte rampe à 7%. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 6

Le train serpente dans un décor digne d'un réseau en HOe peu avant le hameau du terminus de "Grand Soldat". ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Je retrouve dans l’après-midi en gare une connaissance de mes années de bénévolat au Musée des Transports de Pithiviers. Le couple qui s’occupait de la boutique et des billets est toujours le même que lorsque j’avais visité ce réseau une dizaine d’année plus tôt. Eux aussi me reconnaissent et nous échangeons de manière très sympathique.

Numériser 9

Après avoir fait l'impasse, la locomotive vient se remettre en tête du train. Le retour vers Abreshviller se fait tender en avant. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 10

Le train quitte le terminus de "Grand Soldat" et passe devant la maison de l'écrivain Alexandre Chatrian. La balladeuse " Shirmeck" est un des quatre tombereaux provenant du chemin de fer militaire du Donon.(Juillet 1998. Cliché B.D.)  

Numériser 8

Le train redescend paisiblement dans le vallon menant à "Grand Soldat". C'est à cet endroit ouùla rampe est la plus forte sur quelques mètres. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 7

Après s'être arrêté, la rame traverse à vitesse réduite le passage à niveau avant de se diriger vers le défilé du Rommelstein. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Numériser 15

Petite anecdote. Lors de l'une des montées vers Grand Soldat, je m'aperçois après le passage du train qu'un incendie vient de débuter dans un champ jouxtant la voie. J'effectue une remontée en conduite sportive vers le terminus pour en informer l'équipe. Le chauffeur de la Jung redescend avec moi avec du matériel pour tenter de stopper le départ de ce feu. Nous arrivons sur les lieux mais un peu trop tard. Les flammes sont déjà bien hautes et le feu se propage. Heureusement, la dame qui habite la maison juste à côté du PN a appelé les pompiers qui arrivent sur les lieux assez vite pour stopper le sinistre. ( Juillet 1998. Cliché B.D.)

Ces trois jours vont passer très vite entre la chasse aux trains et les randonnées en forêt. Une bonne manière d’attaquer cet été et automne ferroviaire de l’année 1998. Il va y avoir de quoi faire….mais on en reparlera tout au long de cette année 2018. Vingt ans après je n’ai rien oublié!

A bientôt!