A la suite de notre  visite au Tramway du Mont Blanc, nous voici maintenant ; toujours guidé par Jean-Pierre Gide ;  en route vers le dépôt atelier de St Gervais le Fayet. Celui-ci est le lieu de maintenance des rames de la ligne St Gervais-Vallorcine.

Numériser 1

Le dépôt des automotrices du St Gervais-Vallorcine vu depuis le quai de la gare SNCF de St Gervais Le Fayet.( Sepetmbre 1996. Cliché B.D.)

Une visite des installations a été organisée pour jeter un œil aux automotrices Decauville Z600. En effet l’association le CEMNAD vient de lancer une souscription en vue du rachat de l’une d’elles pour l’intégrer dans le musée qu’elle projette. Malheureusement, comme celui-ci ne se fait pas cet achat n’aura jamais lieu. Néanmoins, je garde un excellent souvenir de ce moment.

Numériser 2

Les Z600 sont encore bien présentes à l'époque mais plus pour très longtemps. Ici nous sommes au niveau de la staion de lavage des rames. ( Septembre 1996. Cliché B.D.)

Nous avons droit à chaque recoin de l'établissement. De l'intérieur de l'atelier aux voies de garages qui pour certaines nous montrent quelques surprises!

Numériser 4

Dans un coin, nous trouvons cette intéressante paire de bogies Archbar qui ont été modifiés pour circuler sur de la voie métrique! ( Septembre 1996. Cliché B.D.)

La ligne de Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet à Vallorcine (frontière Suisse) est une ligne à voie métrique électrifiée sur 37 km. Elle se poursuit ensuite sur le chemin de fer Suisse du Martigny-Châtelard. Outre le fait quel ne soit pas à l’écartement standard, elle la particularité d’être électrifié en courant continu par un rail latéral. La traction est à simple adhérence et ce malgré des déclivités très importantes sur certaines sections.

Numériser

Situé à l'une des extrémités du site le pont tournant de St Gervais est équipé en quatre fil de rails. ( Septembre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 3

Le chasse neige Z691 attends la saison hivernale. ( Septembre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 5

Caractéristiques des automotrices Decauville  Z 600

Dans les années 50 quatre rames de deux motrices et d'une remorque sont commandées à Decauville (partie mécanique) et Oerlikon (équipement électrique) en concertation avec le chemin de fer de Martigny-Chatelard. Les Z 600 sont livrées en 1958.

Une automotrice est organisée ainsi : une cabine de conduite, un fourgon à bagages, un compartiment de 1re classe (huit places), une plate-forme d'accès avec deux strapontins, un compartiment de 2de classe (32 places). Au total, 42 places assises sont disponibles, auxquelles s'ajoutent 28 places debout. Une automotrice est équipée de deux bogies de deux essieux moteurs. Les quatre moteurs Oerlikon développent une puissance totale de 400 kW. Les résistances sont placées sur le toit. Le couplage en unités multiples est réalisé par un circuit électrique.

Les Z 600 disposent de quatre dispositifs de freinage:

·        un frein à vis de stationnement, à sabots ;

·        un frein rhéostatique pour réguler la vitesse dans les pentes, qui débite dans les résistances du toit ;

·        un frein pneumatique de service qui agit sur les mêmes sabots ;

·        un frein électromagnétique d'urgence, alimenté sur batterie, qui applique des patins sur les rails. Ce frein efficace permet de s'affranchir du rail central de freinage nécessaire sur le matériel Z 200.

Les Z 600 sont complétées par des remorques ZR 20600, disposant de 59 places assises et 45 debout. Diverses compositions des trains sont utilisées, employant entre un et six éléments. Les Z 600 peuvent circuler jusqu'à 70 km/h sur les sections à faible déclivité. Sur 90 mm/m, la vitesse est limitée à 45 km/h à la montée et 25 km/h à la descente

Au départ, le matériel Z 600 revêt une livrée rouge et crème. Une révision importante a lieu entre 1981 et 1985. À cette occasion, les Z 600 reçoivent une nouvelle livrée gris et orange « TGV »La commande de nouvelles rames prenant du retard dans les années 1990, une révision pour prolongement de parcours est effectuée en 1997-1998. Une troisième livrée rouge est blanc est alors appliquée.

A bientôt!