De la fin des années 70, jusqu’au milieu des années 80, la région parisienne vit la naissance de petits chemins de fer à voie de soixante dans quelques parcs et bases de loisirs de la région parisienne. Certains ont disparus et d’autres sont encore là de nos jours.

Aujourd’hui, ce n’est pas du plus connu d’entre eux dont je vais vous parlez. Mais celui-ci est toujours en service de nos jours. Il s’agit du Chemin de Fer de la base de loisirs du Port aux Cerises appelé plus communément : «Transgriottin». Cette ligne située sur la commune de Draveil dans l’Essonne, fut ouverte en 1985 avec une mise en service du train à vapeur en 1986.

Ma première visite date de mai 1989 lors d'une promenade dominicale familiale. Cet après-midi là, je ne me souviens pas avoir pris le train. Mais nous avons effectuez un grand tour à pieds dans ce symphatique parc,tout en longeant les trois kilomètres de voie installée. Cela fut l'occasion de voir passer plusieurs fois le convoi composé de deux balladeudes réalisées sur des plateformes Péchot. Le tout étant tracté par une rutilante 030T Decauville type Progrès issue de la collection du Docteur Hummel.

Ma dernière visite sur ce réseau date du milieu des années 90. La vapeur n'est plus en service à l'époque ( nous verrons plus loin la cause) mais la rame Péchot est toujours la même. Un locotracteur Comessa a pris la place de la Decauville.

Depuis, je ne suis pas retourné faire un tour au parc du Port aux Cerises. Je sais juste qu'une rame complète construite par les établissements SOCOFER est maintenant en service.

Place aux photos:

Numériser

La 030T Decauville "Françoise" ( n°1587 de 1915) Cette machine fut livrée aux chemins de fer militaires Français en avril 1915 à la direction des Forges. Elle fut ensuite vendue dans les années 20 à l’entreprise de travaux publics bien connue: Ruvenhorst & Humbert. Où elle pris le nom de "Jeanne" (On retrouve d'ailleurs sa plaque d'origine sur la petite locomotive à chaudière verticale qui est préservée maintenant au Tacot des Lacs et qui avait circulée un temps à Bligny sur Ouche) A la fin des années soixante après avoir été rachetée par deux amateurs. Elle est remise en état au Musée des Transport de Pithiviers et vendue au Docteur Hummel. C'est en 1984 qu'elle reprend du service pendant un court lapse de temps sur le Chemin de Fer de Bligny sur Ouche. Elle arrive en 1986 au Port aux Cerises. Un problème de chaudière survient en 1987. La petite 030 T est dirigée aux Atelier de Gray pour une remise en état complète et une construction de chaudière neuve par Comesse. Le cliché que vous pouvez voir est pris peu de temps après sa remise en service en mai 1989. Suite à un déraillement et une manutention disons "à l'arrache" après celui-ci. La partie mécanique et notamment un essieux a été tordu. La "Françoise" est arrêtée depuis le début des années 90. Régulièrement des groupes d'amateurs s'interessent à son sort mais rien de concret pour le moment( Cliché B.D. Mai 1989)

Numériser 4

Le train sillonne divers endroits du parc et passe ici non loin des courts de tennis. Attention aux coups de sifflets qui peuvent déconcentrer les tennismen du Dimanche! ( Cliché B.D. Mai 1989)

Numériser 5

De nombreux passages à niveau coupent les allées du parc et il est fort agréable de surprendre le train au détour de l'une d'elles. ( Cliché B.D. Mai 1989)

Numériser 3

Peu avant le terminus la Decauville et son petit convoi vont croiser une nouvelle fois un des chemins du parc avant de s'immobiliser au terminus provisoire de l'époque. ( Cliché B.D. Mai 1989)

Numériser 1

Les deux balladeuses sur plateforme Péchot sont elles aussi issues de la collection du Docteur Hummel. Elles ont elles aussi effectué un séjour sur le Chemin de Fer de la Vallée de l'Ouche comme la locomotive Decauville au début des années 80. ( Cliché B.D. Mai 1989)

Numériser 6

Pour terminer une vue du locotracteur Comessa qui remplace la Decauville type Progrès en Août 1994. Cet engin provient de la ligne industrielle des Kaolins de Beauvoir situés Echassières dans l'Allier. ( Cliché B.D. Août 1989)

A bientôt!

.