Il est maintenant temps de repartir vers notre destination du jour : Corris.

Le voyage est toujours aussi agréable au milieu de superbes paysages.

Nous arrivons sur place en milieu d’après midi et sommes accueillis par une connaissance de David au dépôt de « Maespoeth Junction ». Nous avons droit à une visite guidée très détaillée de l’ensemble des installations du réseau. C’est avec plaisir que nous admirons à l’intérieur de la remise la 0-2-1T Kerr Stuart « Edward Thomas » dont nous avons assisté au chargement deux jours plus tôt. La venue de cette machine est un petit évènement car c’est la première fois depuis le début des années 50 qu’elle repose ses roues sur les rails de ce réseau.

C’est ensuite une petite balade à pieds le long de la courte ligne. Un train de travaux est en circulation. Nous avons la chance d’être invité à prendre place à l’intérieur de la voiture pour le transports des ouvriers (ex réseau de toubière) afin d’effectué un aller et retour alors que la ligne, à l’époque, n’est pas encore ouverte au public! L’ensemble est tracté par le petit locotracteur Motor Rail Simplex (n°22258 de 1965) « Alan Meaden ». Cet engin a été acheté en 1974 auprès d’un chemin de fer industriel du Derbyshire. Il porte le nom du fondateur de l’association des bénévoles du Corris Railway.

En fin d’après midi, nous prenons congé de notre hôte et nous nous dirigeons vers Machynlleth lieu de notre B&B du jour. Je ne garde pas un grand souvenir de celui-ci. Je me souviens juste d’une promenade nocturne jusqu’à la gare. Ne nous attarderons pas car le lendemain il faut reprendre la route…

End of dream.

Numériser 8`

Moment intense d’émotion lorsque nous apercevons le tableau arrière de la 021T Kerr Stuart. Cela ne fait pas moins de 46 ans que cette machine n’a pas pointé la cheminée dans le petit dépôt de Maespoeth. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 6

« Edward Thomas » sera mise en chauffe le lendemain de notre passage mais nous apprécions de pouvoir l’admirer ici dans son « biotop ». (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 1

Deux petits wagons et le brake van Corris Railway préservés par le Talyllyn Railway sont aussi du voyage. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 7

Vue générale des installations de Maespoeth Junction. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 5

Le petit locotracteur Motor Rail Simplex (n°22258 de 1965) « Alan Meaden » en préparation pour le train de travaux. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser 4

Le système d’avertissement du Simplex est monté directement sur l’échappement de l’engin. Le clapet au bout doit être fermé  pour que cela siffle. Simple mais efficace. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Numériser

Prêt pour le départ! L'engin va refouler le convoi jusqu'à Corris. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

 

 

Numériser 3

Le design de ce petit engin m'a toujours amusé avec son Bibendum sur la face arrière de la cabine.(Octobre 2016. Cliché B.D.)

Numériser 2

En ligne avec le train de travaux. (Octobre 1996. Cliché B.D.)

Fin du voyage :

Il était prévu quelques arrêts lors de notre retour vers la France. Notamment sur la ligne à voie normale du Severn Valley Railway. Mais une petite aventure nous en a empêché. Votre serviteur s’est fait surprendre par une chaussée légèrement humide et le soleil rasant et est venu lors d’un arrêt s’appuyer légèrement sur la voiture qui le précédait. Rien de sérieux, mais chez nos amis britanniques il faut attendre la venu de la Police dans ces cas là. Il aura fallu patienter une heure pour que ceux-ci arrivent et nous demandent si nous avions échangé nos adresses…et nous laisse repartir !

Pour nous consoler nous décidons de nous arrêter en chemin à Oxford dans un magasin de modélisme spécialisé dans l’échelle O. De quoi se faire pleins d’envies et de terminer les livres sterling qui nous reste. Je repars notamment avec des figurines de mouettes qui feront quelques années plus tard les beaux jours du réseau en Oe de « l’Isle de Fa »

Nous arrivons dans le Kent en fin d’après midi. Quoi de mieux qu’une petite visite du côté du Romney Hyte & Dymchurch Railway pour terminer en beauté ? Finalement, la jauge à essence de la voiture nous ramène à la raison. Il nous faut trouver du carburant, sans quoi nous aurons une mauvaise surprise. Et dieu sait qu’il n’est pas facile de trouver une pompe dans le coin! Au bout de quelques sueurs froides nous sommes sauvés par un établissement implanté au milieu de nulle part. Il est tard et finalement nous repartons vers Dover pour ne pas louper notre bateau.

Lors de la traversée nous passons un bon bout de temps au « Duty Free ». Je lâche les derniers pounds dans du Whisky et un fanion du FC Manchester United qui va impeccable avec la couleur de ma voiture de l’époque. C’est l’époque du « King » Eric Cantona !

Arrivé en France nous traversons en pleine nuit la campagne du Nord Pas de Calais en direction d’Amiens. Pas grand monde sur l’autoroute, mise à part une voiture SAAB immatriculée en Suisse qui nous dépasse et se laisse dépassée à tour de rôle. Au volant une mystérieuse conductrice…

Il est aux alentours de minuit lorsque nous arrivons à destination. Quoi de mieux pour atterrir après un tel périple qu’une petite VHS sur les voies étroites Galloises dans les années 50 acquise à la boutique du Talyllyn Railway! C’est promis, nous y retournerons.

The End.